Le Pérou

A notre arrivée sur Lima, le temps est plutôt brumeux. Plus on s’approche de la côte, et moins on y voit !!!! Pour se consoler, un bon ceviche au Barra Mar, petit restau très sympa fréquenté par les locaux, pas loin de l’hôtel. En sortant, on part se balader le long de la côte, d’où l’on surplombe la mer. La brume se dissipe doucement… On ne reste pas longtemps à Lima, et le plus simple pour en voir une bonne partie, nous paraît être les fameux « cars rouges », que nous croisons par hasard ! Ni une, ni deux, c’est parti pour un tour ! Le circuit est sans arrêts (on ne peut pas descendre, sauf pour l’église San Fransisco, où nous avons droit à une visite guidée). Nous verrons donc : la pyramide Huaca Pucllana, la place d’armes entourée par la cathédrale de Lima, le palais du Gouvernement, le palais de l’Archevêque de Lima, le palais Municipal et le palais de l’Union. Plus tard, le bus nous pose à l’église San Francisco et son musée. La visite se termine par les catacombes. Spécial comme visite, tous ces os et crânes bien rangés dans des fosses… On reprend le bus qui nous ramène au point de départ. On a vraiment bien fait c’était top et on a pu voir beaucoup de choses. Lima est une ville sympa, des montagnes, des palmiers, et la mer….Tout en un ! Rien à voir avec la Bolivie ! Lima est une ville très bien développée, on se sent presque chez nous !
La place d’armes L’église San Fransisco … et ses catacombes !Le ceviche du Barra Mar et une gigantesque pub (qui ne correspond pas à l’image que l’on avait du Pérou ?) !

Le lendemain matin, nous faisons la connaissance de Manuel, notre chauffeur, et partons en direction de Pachacamac, ruines de la civilisation Inca.

On roule environ 2h30 et arrivons à Paracas, où nous posons nos affaires à l’hôtel, dans une superbe chambre avec balcon vue mer. Puis on part pour la réserve de Paracas, grande zone désertique protégée. On s’arrête au Yacimiento fossils,  où on peut voir beaucoup de fossiles. Il y a 36 millions d’années, c’était la mer. C’est impressionnant de se dire que cette grande étendue sèche, était complètement recouverte d’eau !!!

Puis nous nous arrêtons au mirador de « la catedral », et au mirador « Yumaque », avec une vue sur les falaises et la plage. Dommage, le pont de la « catedral » s’est écroulé… Cette partie là nous fais un peu penser aux « 12 apôtres » de l’Australie, en moins grandiose, bien sûr.

Le lendemain, départ de bonne heure pour prendre le bateau pour les îles Ballestas, où nous pourrons voir des oiseaux et des otaries. Effectivement, la concentration d’oiseaux est impressionnante ! On a eu de la chance on a pas reçu de ? ??. Avant d’arriver à destination, nous apercevons le fameux « chandelier », géoglyphe gravé dans le sable. L’endroit est vraiment très touristique, les bateaux se suivent les uns derrière les autres… jusqu’à quand ???

Le port de Paracas

Le chandelier (accessible uniquement par la mer) Les oiseaux et les otaries

Notre prochaine destination sera la lagune de Huacachina, oasis au milieu du désert de Nasca. Nous partons faire du buggy dans les dunes, et, belle surprise pour Pauline qui peut cocher un autre rêve sur sa « to do liste », nous pouvons faire du sand boarding (surf sur le sable). On a passé un super moment, le buggy à fond dans les dunes, est digne des plus grands manèges a sensations !!!

A midi, ce sera (encore ! eh oui ,on adore ça ! ) un ceviche de poisson et un ceviche d’asperges.

Ensuite, nous prenons la route pour Nasca, et ses fameuses lignes. Pour les voir, nous devons monter en haut de grands miradors. Sinon, il y a l’avion, mais nous avons fait l’impasse cette fois-ci. C’est quand même bizarre ces lignes… Je trouve ça mystérieux, tandis que JP pense qu’ils les redessinent sans arrêt pour les touristes !

Nous avons beaucoup de route jusqu’à Arequipa aujourd’hui. On fait une pause au cimetière de Chauchilla, avec ses tombeaux à l’air libre, perdus en plein désert. C’est assez bizarre de visiter un cimetière où l’on voit ce qu’il y a dans la tombe… Surtout quand on peut deviner un petit pied, voir des crânes… C’est pas la première fois, bien sûr, mais là, il y a quelque chose de différent. Déjà, on est pas dans un musée, et les crânes ne sont pas derrière une vitre, et en plus, il reste les cheveux… Ça paraît plus réel… La majorité des tombes ont été pillées, et c’est l’extrême sécheresse qui a permis la conservation de ses sépultures.

On reprend la route, et on arrive dans un village, où des pêcheurs manifestent en barrant la route. 1h d’attente, et, du coup, une arrivée tardive à Arequipa. Notre hôtel est super bien placé pour visiter la ville. On va voir la place d’Armes, la Cathédrale, les rues commerçantes, et on visite le couvent Santa Catalina, qui est magnifique. On a adoré cette ville, elle est superbe. C’est a partir d’ici, que notre avis sur le Pérou a complètement changé et que l’on a découvert un Pérou plus authentique…

La place d’armes

Le couvent Santa Catalina (une ville dans la ville)

Je mets ici, quelques plats que nous avons eu l’occasion de déguster… Alors, cette petite bestiole, qui n’a rien demandé à personne, c’est un « cuy », ou, si vous préférez, un cochon d’inde. Je suis désolée pour les personnes que ça peut heurtées, moi en l’occurrence, mais, avant de partir, on s’était dit qu’on gouterait les spécialités de tous les pays… Alors, oui, c’est bon, mais trop bizarre, quand on sait ce que c’est !

Un « lomo saltado », bœuf sauté, avec des frites, du riz (oui oui, ça se mange ensemble ici ? ) et des pâtes (non, je déconne, pas de pâtes, mais des légumes)…

Du maïs grillé (pour l’apéro) et un « aji de gallina » (pomme de terre, poulet effiloché, fromage, crème et piments). Le maïs, ici ,est plutôt super gros par rapport à chez nous, genre le triple !!!

On part ensuite pour la réserve nationale Salinas y Aguada Blanca, en route, nous croisons nos premiers « vicuñas sauvages » péruviens. C’est magnifique, en fond, on aperçoit des volcans. Il faut dire qu’il y en a de tous les côtés !

Un peu plus loin, nous nous arrêtons au mirador des volcans, avec le Nevado Sabancaya encore en activité, d’ailleurs, on aperçoit la fumée sortant du cratère.Nous y croisons quelques femmes vendant de l’artisanat péruvien.

Puis on rentre dans le Canyon de Colca

On arrive à Yanque, où nous nous baladons dans un petit marché et quelques rues piétonnes.

Nous allons ensuite aux Aguas Thermales où nous barbotons tranquillement dans une eau à environ 35 degrés. C’est cool et relaxant, en plus, on est seuls. Sur la route pour notre hôtel, qui se trouve à Cabanaconde, les paysages sont vraiment beaux, en escaliers, un peu comme les rizières du Vietnam. Magnifique !

Au petit matin, nous partons voir le mirador « Cruz del Condors ». On allait partir bredouille, mais Manuel nous a dit de patienter encore un peu, et, effectivement d’un seul coup, plusieurs condors arrivent ensembles et viennent planer au dessus de nos têtes !! Ils sont majestueux. Notre prochain arrêt est dans le petit village de Maca, où on prend un Colca sour (spécialité du canyon de Colca ) avec un fruit du cactus, et du pisco sour. Oui, je sais, il est 10 heures du matin !! ?.

Sur la route de Puno, on croise quelques Alpagas. J’adore ! Ils ont la tête toute ronde !!! Puis, petit souci, sûrement lié à l’altitude et au fait qu’elle ai très peu déjeuner, voir pas ?, Pauline se sent mal et ne tient plus sur ces jambes, elle me tombe littéralement dans les bras… Manuel lui apporte un coton imbibé d’alcool, à respirer, et elle reprend du poil de la bête ! Bonne astuce !

Aujourd’hui, c’est mon anniversaire, et nous allons embarquer sur un bateau, pour les Îles Uros, sur le lac Titicaca, qui sont des Îles flottantes artificielles. Les Uros n’existent plus depuis les années 50, les Îles et les traditions ont été laissés aux Aymaras. Ces Îles flottantes, ainsi que les maisons, et les bateaux, sont faites avec un roseau nommé Totora (qui se mange et que nous avons goûté), qui pousse en abondance. Aujourd’hui ils vivent principalement du tourisme.

Il nous faut encore 1h30 de navigation pour arriver sur l’île Taquile. On traverse l’île, avec sa place d’Armes. Sur cette île, pousse la fleur nationale, la Cantua ou fleur de l’Inca. A midi, nous mangeons local, avec une soupe de quinoa et un filet de truite du lac Titicaca. Après le repas petit spectacle de musique et de danse.

Aujourd’hui, nous devons rejoindre Cusco. En route, on visite le site Inca de Raqchi.  Nous avons un nouveau chauffeur, bien moins sympa et attentionné que Manuel. Son seul but, est de rejoindre Cusco, le plus rapidement possible !!! Autant vous dire qu’on aura pas vu grand chose ce jour là ! Il ne nous a même pas laissé manger à midi !!! Vive les chips et autres cochonneries ! Du coup, journée pas terrible où on a dû gueuler un peu…

Ce matin, départ à 3h30 en bus, pour les montagnes colorées… Nous débuterons notre marche à 9h05. Je me rend vite compte que ça ne va pas être possible pour moi ! J’ai toujours ce problème d’altitude et de manque d’oxygène. Du coup, étant donné qu’on a un temps limité pour rejoindre le bus, je décide de monter à cheval. Manon  fera les dix dernières minutes à cheval, Pauline, la totalité à pied, et JP n’a pas monté la dernière petite côte. Nous sommes à 5030 m. C’est plutôt sympa, mais il y a beaucoup de monde (une autoroute), et il fait très froid en haut ! Nous devons être au bus à 13h00. On fait quelques photos, on profite de la vue comme on peut, et on commence à redescendre. La journée a été longue et fatiguante, mais belle aussi. Départ 3h30, retour 18h30, ça fait beaucoup, pour si peu de temps sur place !!!
Aujourd’hui, nous partons pour la vallée sacrée des Incas. Nous commençons par le site de Pisac, ruines Incas et terrasses, un très beau site, très vert.

Puis nous allons voir les Salines de Maras, des centaines de bassins d’eau salée en terrasse sur le flanc d’une montagne. Impressionnant.

Ensuite, le site de Moray. Un très grand amphithéâtre en escaliers et deux plus petits. Ce site était un centre de recherche Inca où était pratiquées des expériences de culture.

Sur la route, nous apercevons un hôtel de capsules à flanc de montagne. Accessible uniquement en escaladant.

Le site Ollantaytambo. Ancienne forteresse Inca comprenant un temple, des terrasses et un secteur urbain. Bon, j’avoue, il n’y a que JP qui a eu le courage de monter en haut !

Puis, le moment tant attendu est arrivé !!! John nous emmène à la gare pour monter à bord de  » l’incarail « qui va nous emmener à Aguas Calientes. Nous partons à 16h35 pour arriver à 18h15. On avait prévu de jouer aux petits chevaux, mais le train en a décidé autrement en bougeant les pions à sa guise ! ?

Le lendemain matin, nous prenons le bus vers 8h00, il y a environ 25 mn de montée. Il y en a qui montent à pied, mais nous ne sommes pas de grands sportifs, et, franchement, au niveau paysages, je n’en voit pas l’utilité… Nous arrivons donc sur le site du Machu Pichu. Nous montons directement à la Porte du Soleil, pour avoir une vue d’ensemble et surplomber le Machu Pichu. Nous avons mis 1h30 pour monter, avec plusieurs stops photos et un ravitaillement énergétique. Le site est très beau même sans soleil alors avec, qu’est-ce que ça aurait été !? Pas de chance, il commence à pleuvoir, et on décide de partir. Nous avons dû accélérer notre visite sur la dernière partie, mais nous en avons quand même bien profité !!! 

Quand on arrive en ville (tout le monde change de trottoir ? ?), on se trouve un resto super sympa et carrément excellent, avec des desserts au top ! MIAM ! Voilà de quoi se réconforter quand il pleut ! ?

On traine un peu en faisant du shopping (il y a vraiment de très belles choses) puis on retourne à l’hôtel en attendant le train.

Nous revoilà à Cusco. On fait un dernier petit tour de la ville, qui est superbe, Il y a beaucoup de choses à voir, et c’est vraiment agréable de se promener, la place d’armes est gigantesque et tout est étudié pour les piétons !

En conclusion, on a été un petit peu déçus au début de notre séjour, car on a fait beaucoup de voiture, avec pas grand chose à voir tout le long de la côte. Puis, tout c’est arrangé quand on est arrivés au Canyon de Colca, et nous avons pu apprécier pleinement notre voyage. Maintenant, nous partons pour les Galapagos !

Les Galapagos : Santa cruz, Seymour et Isabela

Nous atterrissons sur l’île de Baltra. On passe les formalités (qui consistent à payer une taxe de 100 $ par personne) puis on prends un ferry jusqu’à l’île de Santa Cruz (5 mn de traversée).

En chemin pour notre hôtel, on s’arrête sur le site « Los Gemelos », deux cratères d’effondrement d’une vingtaine de mètres de diamètre, puis à la réserve « El Chato », pour voir les fameuses tortues géantes et, un peu plus loin, un tunnel de lave.

Ci-dessous, l’accès pour sortir du tunnel de lave !!! ?Nous arrivons à Puerto Ayora où nous allons passer la semaine. La guesthouse est super bien placée, proche de tout. Notre premier repas sera de superbes langoustes (accompagnées d’un petit mojito ?).

Un bonne nuit de repos (le voyage a été long, même si on était pas loin), et nous voilà partis pour explorer la ville. Nous sommes près du port, on commence donc par là. Le ponton principal, donne accès à de nombreux taxis, pour aller sur les autres îles.

Il y a aussi quelques bancs, mais vraiment inaccessibles… C’est les vacances, et on va rester 9 jours dans la même guesthouse ! Le rêve ! On va pouvoir faire des machines à laver (eh oui, on a plus la même façon de voir les vacances ? ! ). Bon, grasse mat, et, l’après-midi, visite du centre Charles Darwin, pour voir des tortues et des iguanes. De partout, nous voyons des tas d’iguanes, et quand je dis « tas », ce n’est pas une métaphore ! Ils sont souvent les uns sur les autres (je vous vois venir, mais non, ils dorment…).

Et, au retour, devinez quoi ????? Allez, je vous mets une photo pour le plaisir, pour ceux qui suivent…

La ville est super sympa ! C’est pas trop grand, ni trop petit ! En prenant une glace on se fait accoster par un couple de Français qui voyage en voilier. On discute un long moment, c’est intéressant, et on se rend compte que c’est pas simple. Ils arrivent de 3 semaines de mer et ont le mal de terre !!!!
Avez-vous déjà entendu parler de Tortuga Bay ? C’est une plage (de rêve, je préfère vous prévenir), où les tortues viennent pondre la nuit. Du coup, elle est fermée à partir de 17 H, pour ne pas les déranger. Il nous a fallu 1h de marche depuis notre guesthouse pour la rejoindre (elle n’est pas accessible en voiture). La plage est magnifique, on se baigne, l’eau est bonne et on aperçoit une raie ! Là aussi, il y a des iguanes partout.

En rentrant, on fait un petit tour dans la ville, en passant par le marché aux poissons. Une femme est en train de découper un thon, et elle a de nombreux admirateurs : otaries, pélicans, hérons…

Nous passons par un petit parc de mosaïque, bien coloré, et très agréable.

Voici le site de « Las Grietas« . Nous avons dû prendre un bateau taxi pour nous y rendre. L’endroit est sympa. Il y a des salines, une forêt de cactus, et on peut se baigner.

En revenant au port, je tombe sur un banc de raies, et j’en profite pour photographier ces crabes magnifiques, que l’on voit par millier ici !

Nous décidons de faire deux excursions pendant la semaine : une sur l’île Seymour, qui est inhabitée, et, un peu de snorkeling, à Isabela, où on devra dormir sur place car elle est un peu loin.

Nous partons en bateau jusqu’à l’île Seymour, pour une balade d’1h30 où nous allons voir plusieurs espèces d’oiseaux, dont des fous aux pattes bleues, aussi appelés « Boobies ». Effectivement, dès notre arrivée sur l’île, nous apercevons, un grands nombre d’oiseaux. Je ne m’attendais pas à en voir autant ! Nous avons la chance de voir les Boobies à tous les âges : de l’œuf, en passant par un tout petit sous son père (environ 2 jours et oui, c’est le père qui couve) et des ados, au pelage duveteux. Il y aussi des pélicans, des frégates, avec leur gorge rouge, des iguanes et des lions de mer.

Un BoobieLa danse des Boobies

Les « ados » Boobies

L’œuf et le bébé Boobies   Un iguane et un lézardEnsuite nous allons sur un ban de sable blanc, où nous jouons avec des lions de mer, très joueurs et curieux, qui nagent à nos pieds. Encore un super moment, où JP se retrouve en tête à tête avec un lion, mais il a oublié de remettre la batterie dans l’appareil photo ?, donc, vous n’en profiterez pas !

Le soir, c’est : Sushi.

Ce matin, rdv au port à 6h30 pour prendre le bateau pour l’île Isabela. 2h de navigation sur une mer agitée. Ça c’est passé avec des moments un peu… nauséeux ! Ouf, ça y est, on arrive à Puerto Villamil où l’on débarque. Une personne de l’hôtel nous accueille et un taxi nous y emmène. On s’installe, puis nous partons nous balader vers le centre et la plage. Il fait très chaud.

Le centre du village

La plage

La lagune des flamants roses

Los Tuneles : pour s’y rendre, on prend un bateau. C’est à une heure de navigation. Notre guide est cool. On marche sur la lave à travers les tunnels. L’eau est translucide, et nous apercevons des tortues et des raies, qui passent sous les arches, et même… un pingouin ! C’est très beau !

Puis le bateau nous emmène dans une crique pour faire du snorkeling, où on peut voir des poissons de toutes les couleurs, des tortues géantes, des requins, un hippocampe, un poisson ballon…

Nous voilà de retour à Santa Cruz, pour une dernière nuit, avant notre départ pour les USA. ?

Le Pérou, ses lamas et ses monuments.

A notre arrivée sur Lima, le temps est plutôt brumeux. Plus on s’approche de la côte, et moins on y voit !!!! Pour se consoler, un bon ceviche au Barra Mar, petit restau très sympa fréquenté par les locaux, pas loin de l’hôtel. En sortant, on part se balader le long de la côte, d’où l’on surplombe la mer. La brume se dissipe doucement… On ne reste pas longtemps à Lima, et le plus simple pour en voir une bonne partie, nous paraît être les fameux « cars rouges », que nous croisons par hasard ! Ni une, ni deux, c’est parti pour un tour ! Le circuit est sans arrêts (on ne peut pas descendre, sauf pour l’église San Fransisco, où nous avons droit à une visite guidée). Nous verrons donc : la pyramide Huaca Pucllana, la place d’armes entourée par la cathédrale de Lima, le palais du Gouvernement, le palais de l’Archevêque de Lima, le palais Municipal et le palais de l’Union. Plus tard, le bus nous pose à l’église San Francisco et son musée. La visite se termine par les catacombes. Spécial comme visite, tous ces os et crânes bien rangés dans des fosses… On reprend le bus qui nous ramène au point de départ. On a vraiment bien fait c’était top et on a pu voir beaucoup de choses. Lima est une ville sympa, des montagnes, des palmiers, et la mer….Tout en un ! Rien à voir avec la Bolivie ! Lima est une ville très bien développée, on se sent presque chez nous !
La place d’armes L’église San Fransisco … et ses catacombes !Le ceviche du Barra Mar et une gigantesque pub (qui ne correspond pas à l’image que l’on avait du Pérou ?) !

Le lendemain matin, nous faisons la connaissance de Manuel, notre chauffeur, et partons en direction de Pachacamac, ruines de la civilisation Inca.

On roule environ 2h30 et arrivons à Paracas, où nous posons nos affaires à l’hôtel, dans une superbe chambre avec balcon vue mer. Puis on part pour la réserve de Paracas, grande zone désertique protégée. On s’arrête au Yacimiento fossils,  où on peut voir beaucoup de fossiles. Il y a 36 millions d’années, c’était la mer. C’est impressionnant de se dire que cette grande étendue sèche, était complètement recouverte d’eau !!!

Puis nous nous arrêtons au mirador de « la catedral », et au mirador « Yumaque », avec une vue sur les falaises et la plage. Dommage, le pont de la « catedral » s’est écroulé… Cette partie là nous fais un peu penser aux « 12 apôtres » de l’Australie, en moins grandiose, bien sûr.

Le lendemain, départ de bonne heure pour prendre le bateau pour les îles Ballestas, où nous pourrons voir des oiseaux et des otaries. Effectivement, la concentration d’oiseaux est impressionnante ! On a eu de la chance on a pas reçu de ? ??. Avant d’arriver à destination, nous apercevons le fameux « chandelier », géoglyphe gravé dans le sable. L’endroit est vraiment très touristique, les bateaux se suivent les uns derrière les autres… jusqu’à quand ???

Le port de Paracas

Le chandelier (accessible uniquement par la mer) Les oiseaux et les otaries

Notre prochaine destination sera la lagune de Huacachina, oasis au milieu du désert de Nasca. Nous partons faire du buggy dans les dunes, et, belle surprise pour Pauline qui peut cocher un autre rêve sur sa « to do liste », nous pouvons faire du sand boarding (surf sur le sable). On a passé un super moment, le buggy à fond dans les dunes, est digne des plus grands manèges a sensations !!!

A midi, ce sera (encore ! eh oui ,on adore ça ! ) un ceviche de poisson et un ceviche d’asperges.

Ensuite, nous prenons la route pour Nasca, et ses fameuses lignes. Pour les voir, nous devons monter en haut de grands miradors. Sinon, il y a l’avion, mais nous avons fait l’impasse cette fois-ci. C’est quand même bizarre ces lignes… Je trouve ça mystérieux, tandis que JP pense qu’ils les redessinent sans arrêt pour les touristes !

Nous avons beaucoup de route jusqu’à Arequipa aujourd’hui. On fait une pause au cimetière de Chauchilla, avec ses tombeaux à l’air libre, perdus en plein désert. C’est assez bizarre de visiter un cimetière où l’on voit ce qu’il y a dans la tombe… Surtout quand on peut deviner un petit pied, voir des crânes… C’est pas la première fois, bien sûr, mais là, il y a quelque chose de différent. Déjà, on est pas dans un musée, et les crânes ne sont pas derrière une vitre, et en plus, il reste les cheveux… Ça paraît plus réel… La majorité des tombes ont été pillées, et c’est l’extrême sécheresse qui a permis la conservation de ses sépultures.

On reprend la route, et on arrive dans un village, où des pêcheurs manifestent en barrant la route. 1h d’attente, et, du coup, une arrivée tardive à Arequipa. Notre hôtel est super bien placé pour visiter la ville. On va voir la place d’Armes, la Cathédrale, les rues commerçantes, et on visite le couvent Santa Catalina, qui est magnifique. On a adoré cette ville, elle est superbe. C’est a partir d’ici, que notre avis sur le Pérou a complètement changé et que l’on a découvert un Pérou plus authentique…

La place d’armes

Le couvent Santa Catalina (une ville dans la ville)

Je mets ici, quelques plats que nous avons eu l’occasion de déguster… Alors, cette petite bestiole, qui n’a rien demandé à personne, c’est un « cuy », ou, si vous préférez, un cochon d’inde. Je suis désolée pour les personnes que ça peut heurtées, moi en l’occurrence, mais, avant de partir, on s’était dit qu’on gouterait les spécialités de tous les pays… Alors, oui, c’est bon, mais trop bizarre, quand on sait ce que c’est !

Un « lomo saltado », bœuf sauté, avec des frites, du riz (oui oui, ça se mange ensemble ici ? ) et des pâtes (non, je déconne, pas de pâtes, mais des légumes)…

Du maïs grillé (pour l’apéro) et un « aji de gallina » (pomme de terre, poulet effiloché, fromage, crème et piments). Le maïs, ici ,est plutôt super gros par rapport à chez nous, genre le triple !!!

On part ensuite pour la réserve nationale Salinas y Aguada Blanca, en route, nous croisons nos premiers « vicuñas sauvages » péruviens. C’est magnifique, en fond, on aperçoit des volcans. Il faut dire qu’il y en a de tous les côtés !

Un peu plus loin, nous nous arrêtons au mirador des volcans, avec le Nevado Sabancaya encore en activité, d’ailleurs, on aperçoit la fumée sortant du cratère.Nous y croisons quelques femmes vendant de l’artisanat péruvien.

Puis on rentre dans le Canyon de Colca

On arrive à Yanque, où nous nous baladons dans un petit marché et quelques rues piétonnes.

Nous allons ensuite aux Aguas Thermales où nous barbotons tranquillement dans une eau à environ 35 degrés. C’est cool et relaxant, en plus, on est seuls. Sur la route pour notre hôtel, qui se trouve à Cabanaconde, les paysages sont vraiment beaux, en escaliers, un peu comme les rizières du Vietnam. Magnifique !

Au petit matin, nous partons voir le mirador « Cruz del Condors ». On allait partir bredouille, mais Manuel nous a dit de patienter encore un peu, et, effectivement d’un seul coup, plusieurs condors arrivent ensembles et viennent planer au dessus de nos têtes !! Ils sont majestueux. Notre prochain arrêt est dans le petit village de Maca, où on prend un Colca sour (spécialité du canyon de Colca ) avec un fruit du cactus, et du pisco sour. Oui, je sais, il est 10 heures du matin !! ?.

Sur la route de Puno, on croise quelques Alpagas. J’adore ! Ils ont la tête toute ronde !!! Puis, petit souci, sûrement lié à l’altitude et au fait qu’elle ai très peu déjeuner, voir pas ?, Pauline se sent mal et ne tient plus sur ces jambes, elle me tombe littéralement dans les bras… Manuel lui apporte un coton imbibé d’alcool, à respirer, et elle reprend du poil de la bête ! Bonne astuce !

Aujourd’hui, c’est mon anniversaire, et nous allons embarquer sur un bateau, pour les Îles Uros, sur le lac Titicaca, qui sont des Îles flottantes artificielles. Les Uros n’existent plus depuis les années 50, les Îles et les traditions ont été laissés aux Aymaras. Ces Îles flottantes, ainsi que les maisons, et les bateaux, sont faites avec un roseau nommé Totora (qui se mange et que nous avons goûté), qui pousse en abondance. Aujourd’hui ils vivent principalement du tourisme.

Il nous faut encore 1h30 de navigation pour arriver sur l’île Taquile. On traverse l’île, avec sa place d’Armes. Sur cette île, pousse la fleur nationale, la Cantua ou fleur de l’Inca. A midi, nous mangeons local, avec une soupe de quinoa et un filet de truite du lac Titicaca. Après le repas petit spectacle de musique et de danse.

Aujourd’hui, nous devons rejoindre Cusco. En route, on visite le site Inca de Raqchi.  Nous avons un nouveau chauffeur, bien moins sympa et attentionné que Manuel. Son seul but, est de rejoindre Cusco, le plus rapidement possible !!! Autant vous dire qu’on aura pas vu grand chose ce jour là ! Il ne nous a même pas laissé manger à midi !!! Vive les chips et autres cochonneries ! Du coup, journée pas terrible où on a dû gueuler un peu…

Ce matin, départ à 3h30 en bus, pour les montagnes colorées… Nous débuterons notre marche à 9h05. Je me rend vite compte que ça ne va pas être possible pour moi ! J’ai toujours ce problème d’altitude et de manque d’oxygène. Du coup, étant donné qu’on a un temps limité pour rejoindre le bus, je décide de monter à cheval. Manon  fera les dix dernières minutes à cheval, Pauline, la totalité à pied, et JP n’a pas monté la dernière petite côte. Nous sommes à 5030 m. C’est plutôt sympa, mais il y a beaucoup de monde (une autoroute), et il fait très froid en haut ! Nous devons être au bus à 13h00. On fait quelques photos, on profite de la vue comme on peut, et on commence à redescendre. La journée a été longue et fatiguante, mais belle aussi. Départ 3h30, retour 18h30, ça fait beaucoup, pour si peu de temps sur place !!!
Aujourd’hui, nous partons pour la vallée sacrée des Incas. Nous commençons par le site de Pisac, ruines Incas et terrasses, un très beau site, très vert.

Puis nous allons voir les Salines de Maras, des centaines de bassins d’eau salée en terrasse sur le flanc d’une montagne. Impressionnant.

Ensuite, le site de Moray. Un très grand amphithéâtre en escaliers et deux plus petits. Ce site était un centre de recherche Inca où était pratiquées des expériences de culture.

Sur la route, nous apercevons un hôtel de capsules à flanc de montagne. Accessible uniquement en escaladant.

Le site Ollantaytambo. Ancienne forteresse Inca comprenant un temple, des terrasses et un secteur urbain. Bon, j’avoue, il n’y a que JP qui a eu le courage de monter en haut !

Puis, le moment tant attendu est arrivé !!! John nous emmène à la gare pour monter à bord de  » l’incarail « qui va nous emmener à Aguas Calientes. Nous partons à 16h35 pour arriver à 18h15. On avait prévu de jouer aux petits chevaux, mais le train en a décidé autrement en bougeant les pions à sa guise ! ?

Le lendemain matin, nous prenons le bus vers 8h00, il y a environ 25 mn de montée. Il y en a qui montent à pied, mais nous ne sommes pas de grands sportifs, et, franchement, au niveau paysages, je n’en voit pas l’utilité… Nous arrivons donc sur le site du Machu Pichu. Nous montons directement à la Porte du Soleil, pour avoir une vue d’ensemble et surplomber le Machu Pichu. Nous avons mis 1h30 pour monter, avec plusieurs stops photos et un ravitaillement énergétique. Le site est très beau même sans soleil alors avec, qu’est-ce que ça aurait été !? Pas de chance, il commence à pleuvoir, et on décide de partir. Nous avons dû accélérer notre visite sur la dernière partie, mais nous en avons quand même bien profité !!! 

Quand on arrive en ville (tout le monde change de trottoir ? ?), on se trouve un resto super sympa et carrément excellent, avec des desserts au top ! MIAM ! Voilà de quoi se réconforter quand il pleut ! ?

On traine un peu en faisant du shopping (il y a vraiment de très belles choses) puis on retourne à l’hôtel en attendant le train.

Nous revoilà à Cusco. On fait un dernier petit tour de la ville, qui est superbe, Il y a beaucoup de choses à voir, et c’est vraiment agréable de se promener, la place d’armes est gigantesque et tout est étudié pour les piétons !

En conclusion, on a été un petit peu déçus au début de notre séjour, car on a fait beaucoup de voiture, avec pas grand chose à voir tout le long de la côte. Puis, tout c’est arrangé quand on est arrivés au Canyon de Colca, et nous avons pu apprécier pleinement notre voyage. Maintenant, nous partons pour les Galapagos !

Magique Bolivie

Une arrivée un peu compliquée (pour moi) à La Paz !
Dès la sortie de l’avion, j’ai l’impression que je vais tomber dans les pommes… Nous allons chercher nos sacs et ça passe.

Nous nous rendons à notre appartement en Uber, et on est tous les 4 complètement euphoriques à l’arrière de la voiture ! Est-ce dû à l’altitude ou à l’excitation ??? L’appartement est au 17ème étage. Nous allons y passer 3 jours, puis encore 3 jours avant de partir au Pérou. Les premiers jours ne seront pas suffisants pour moi, pour m’habituer à l’altitude. D’ailleurs, je ne m’y ferai jamais vraiment en 3 semaines !!! Mais bon, on fait avec les nausées et l’essoufflement ?. Du coup, nous nous limitons à des trajets faciles, courts, ou en téléférique (chez nous c’est le tram, ici ce sont des lignes de téléphériques reconnaissable à leurs couleurs) ! Quelle bonne idée !!! On survole la ville avec une vue incroyable ! La Paz est dans une cuvette et il y a beaucoup de côtes…

Le soir, nous trouvons un petit restaurant très sympa et pas très loin, qui deviendra notre « cantine »: Ciclik. A nous le superbe pavé de bœuf au roquefort bien saignant (oui, on est un peu en manque, et c’est pas facile de trouver des bonnes cuissons ?)

Le lendemain, on se balade jusqu’au marché des Sorcières, qui nous ont sûrement jeté un sort, vu le nombre d’achats que nous faisons.

Ici, ce sont de vrais fœtus de lamas…qui sont censé apporté bonne fortune et protection à ceux qui les enterrent sur leurs terres.

Ici, la pollution est plus que présente, c’est un cauchemar ! C’est la première fois qu’on la ressent autant… Même à Delhi, on n’avait pas eu cette impression ! En même temps, il y a très peu de voitures personnelles, beaucoup de bus et de vans avec des grosses fumées noires à l’arrière. Il y en a dans tous les sens, ils s’arrêtent n’importe où, les gens montent, descendent, il n’y a pas d’arrêts définis.

En passant devant un ciné, il nous prends l’envie d’y aller… et une séance en espagnol, pour un dessin animé très sympa : Coco.

Ce soir bus de nuit pour Sucre, la capitale de la Bolivie. Les sièges sont hyper confortables, larges et vraiment très inclinables. Le voyage se passe comme sur des roulettes ! En arrivant, nous partons manger et découvrir la ville. Contrairement à La Paz qui est « rouge », Sucre, elle, est « blanche ». C’est une très jolie ville, avec beaucoup de charme.

La casa de La LibertadLa Plaza Libertad avec l’Obelisco et le teatro Gran Mariscal

La Recoleta

Voici quelques échantillons de ce que nous avons pu goûter à Sucre…

Le soir nous avons repéré un resto tenu par un français, et nous mangeons, oh ! miracle, un confit de canard. Le canard ne se trouve pas aisément de partout dans le monde, et ça fait bien longtemps qu’on en a pas mangé !
Après Sucre, nous partons pour Potosi, toujours en bus.

A notre arrivée, nous prenons un taxi qui nous pose au plus près de notre backpack, qui se trouve dans une rue piétonne. On cherche de quel côté il faut partir pour ne pas marcher avec les sacs pour rien, mais il est inexistant ! Personne ne le connaît ! Finalement, on finira au « The Koala Den », qui se trouve dans une rue à côté, sans explications de la part de « booking » pour cet hôtel fantôme… L’important c’est de vite retomber sur ses pattes, en trouvant rapidement une solution, ce que nous avons fait facilement et sereinement ?. Ça n’aurait peut-être pas été le cas, il y a quelques mois… La ville est très jolie, et il y a pas mal de rue piétonnes, ce qui est très agréable. C’est ici que nous avons décidé de nous équiper en bonnets, pulls, gants, chaussettes, pour affronter le Sud Lipez !

Une fois de plus, nous prenons un bus, cette fois, en direction d’Uyuni. Nous allons passer 2 nuits au Palacio de Sal, sur le Salar (ou presque), un hôtel tout en sel, super sympa, avec un billard et tout ce qu’il faut pour se détendre ! Tout le long de la route les paysages sont super sympa. Nous voyons des centaines de lamas, des ânes, des moutons et des vaches. En arrivant, je suis surprise de trouver une ville presque fantôme, les routes ne sont pas goudronnées, les rues sont vides, et nous avons du mal à trouver un endroit pour manger !

UyuniUn 4×4 de l’hôtel vient nous récupérer, pour nous emmener au milieu de nulle part…. Pour notre première journée, nous partons à pied au plus près du Salar pour une matinée photos fictions. Il faut faire attention où nous mettons les pieds, les filles s’enfoncent jusqu’aux chevilles et elles ont les pieds trempés… et salés. Nous avons fait pleins de photos amusantes.

En fin d’après-midi, nous retournons vers le Salar pour le coucher de soleil. Il y a pas mal de monde, et l’ambiance est très sympa ! Un 4×4 à diffusé de la musique et des personnes dansent. On reste le plus longtemps possible pour profiter des derniers rayons et de ses superbes couleurs.Après ces 2 belles journées, départ pour Tupiza. Un chauffeur de l’agence Torre Tours, avec laquelle nous allons au Sud Lipez, vient nous récupérer à l’hôtel. Encore de très beaux paysages le long de la route. La dernière heure se passe sur de la piste car la route n’est pas finie. Il nous aura fallu 4h20 pour faire 210 km en 4X4.

La place de TupizaLe marché Déjeuner dans une churrasqueria (on en a pris 3 pour 4, mais c’était encore trop!)Au fait, JP a profité de son temps libre pour se mettre à la couture ! ?

Enfin, arrive le départ pour le Sud Lipez, avec notre chauffeur, Edwin, et notre guide/cuisinière, Aydee. Après quelques minutes de route, nous nous arrêtons à Palala, formation montagneuse bizarre. Le canyon El Sillar, 3750 m

La Ciudad del Encanto, formations de sables impressionnantes. On pique-nique sur place, seuls au monde.

Notre hôtel chez l’habitant, à Guadalupe. Pas de chauffage, pas de douches et… de l’électricité, mais pas tout le temps ! Nous posons toutes les affaires du 4×4 qui doit être le plus léger possible car la piste que l’on doit prendre n’est pas bonne.

La Ciudad de Roma, 4600 m d’altitude, et une vue extraordinaire.Nous venons de passer une première journée d’enfer. Des paysages à couper le souffle, des lamas (domestique), des vicuñas (sauvages), des émeus, des moutons et quelques ânes (dans la voiture aussi ?). La nuit aussi, le spectacle est magnifique, tant le nombre d’étoiles est impressionnant ! Aucune pollution lumineuse. Aydee nous prépare le repas et nous allons nous coucher, on est complètement morts …
Le lendemain matin, on charge le 4×4, puis on part. Il fait frais mais il y a un grand ciel bleu. C’est magnifique on croise des lamas avec des bébés ainsi que des moutons. On apprend que les lamas font toujours leurs besoins au même endroit, et, effectivement on voit plusieurs tas de crottes.

Toilettes de lamas ?

Ce matin, beaucoup de route, mais on ne voit pas passer le temps tellement les paysages sont beaux.

Laguna Amarilla : les petits points blancs sont des flamants roses…

puis la Laguna Céleste, avec juste derrière le volcan Uturuncu, 6008 m. Magnifique. Cette laguna change de couleur !!! Les deux photos sont faites au même endroit, avec environ une heure d’écart.

Le site des 3 géants, 4600 m. Il y a des passages dans la roche qu’on croirait découpé par l’homme, mais c’est naturel.

On entre dans la Réserve Nationale de Faune Andina Eduardo Avaroa, puis nous arrivons au village de Quetena Chico, à 4200 m. On s’installe dans notre hôtel, toujours pas de douche et, cette fois, pas d’électricité dans les chambres… Enfin, on a quand même des toilettes à chaque fois !

Ce matin, on se fait une petite séance photos avec nos amis les lamas. On les adore…

Les lamas, reçoivent leurs décorations après leurs 1 an, car leurs oreilles ne sont pas droites avant cet âge là.

Laguna Hedionda

Laguna Kollpa

Le site Aguas Termales, 4300 m et sa piscine d’eau chaude. C’est vraiment très agréable !!!

En fin matinée, nous arrivons à la frontière Chilienne et nous partons en direction de San Pedro d’Atacama. On perd 2000 m d’altitude. Cet après-midi, ce sera la vallée de la Lune.

Las Tres Marias

La duna Mayor L’ Anfiteatro

On termine cette belle journée par un lookout au coucher de Soleil.

Le lendemain, le van passe nous prendre à 5h pour les Geysers Del Tatio. Dur dur !!! On arrive sur le site alors qu’il fait encore nuit et surtout il fait – 8 degrés. Il faut venir aussi tôt pour pouvoir observer les fumerolles et l’eau bouillonnante. Il y a de très belles couleurs et c’est assez impressionnant. On l’avait vu en Nouvelle Zélande, mais déclenché par l’homme, alors qu’ici c’est naturel.

Sur le retour, nous nous arrêtons un moment au petit village de Machuca, et Manon en profite pour commencer son apprentissage de jeune maman ?.Bon, dommage, ça commençait plutôt bien mais on a fini par… le bouffer !!!!! En plus, c’était plutôt bon.Nous reprenons ensuite la route pour retrouver Edwin et Aydee en Bolivie.

La Laguna Blanca

Le site des Geisers Sol de Manama, à 5000 m d’altitude.

Aydee nous fait une démonstration avec une bouteille d’eau en lévitation au dessus d’un trou d’où sort une vapeur très chaude et très puissante. Impressionnant !  En plus, l’eau dans la bouteille est chaude, on pourrait se faire un thé coca ! ah oui, j’ai oublié de vous dire, qu’il y a une grosse consommation de feuilles de coca en Bolivie, pour apaiser un peu les effets de l’altitude !

La Laguna Colorada, avec des centaines de flamants roses, 4400 m d’altitude.

L’ Arbol de Piedra (Arbre de pierre)

La montagne multicolore

La Laguna Honda En route, nous croisons quelques « picachus »(surnom qui leur est donné par les Boliviens), de la famille des chinchillas.

La Laguna Hedionda

La Laguna Canapa Ci-dessous, une yareta, c’est une plante qui recouvre complètement les rochers qui sont dessous. Elle pousse d’1 mm par an.

Arrêt au village de San Juan. Ce magasin, est construit avec des coraux ! Avant, cet endroit était un océan, du coup, il y a beaucoup de coraux morts, de partout.

Le lendemain, départ 5h35 pour le lever du soleil sur le Salar. Le ciel est magnifique avec toutes ces étoiles.

Un 4×4 est planté dans le Salar. Nous allons chercher un câble dans le village le plus proche pour l’aider. Un autre 4×4 récupère ses passagers. Après 2 tentatives infructueuses la troisième est la bonne. Ouf ? on se voyait y passer des heures.

Nous reprenons la route et arrivons à l’Isla Incahuasi, l’île aux Cactus ?. 5000 cactus, les plus grands font 12 m, ils grandissent d’ 1cm/an environ, donc les plus grands ont plus de 1000 ans. Nous sommes à 3670 m. La vue à 360 degrés du sommet de l’île est absolument magique.

Le Salar fait 200 km de long x 100 km de large. On roule dessus et c’est superbe ! Le blanc paraît immaculé, comme si personne n’était jamais passé par là ! Avant d’être le Salar cet endroit était un océan, le Pacifique, puis un Lac, puis le Salar de salt.

Pauline a vraiment fait de gros progrès, niveau souplesse. Il faut dire qu’elle fait des étirements tous les jours…Manon, toujours aussi douce avec sa sœur ? !Et nous voilà partis en famille et en chaussures, à travers le monde !!!!Nous entamons notre dernier jour dans le Sud Lipez et nous continuons de croiser de superbes paysages. Nous sommes à la fin du Salar et nous ne voyons plus la différence entre le ciel et le sol (ou presque).

Nous reprenons le bus en direction de La Paz, et nous retrouvons la pollution, que nous avions totalement oubliée !

Voilà pour la Bolivie ! En conclusion, c’est un pays que nous avons adoré à tous les niveaux !!! On est restés scotchés devant autant de beauté, de diversité et d’authenticité !

M A G I Q U E

On mange plutôt bien à Rio !!!!

Des crêpes à Buzios…

Vous allez me dire… pas très original ! Ils sont au Brésil et ils mangent des crêpes !!!! Et bien au bout de 8 mois, oui, une bonne crêpe (ou deux), ça fait du bien !!!

Puis, à Rio :

alors ça, c’est une spécialité : des coxinhas, que l’on peut trouver fourrés à différentes choses. De la purée de pommes de terres et de la viande ou du poisson ou des légumes…

La Picanha Fatiada…. Excellent !!! Une viande de boeuf grillée juste parfaitement, et coupée en fines tranches, accompagnées de riz au brocoli, de frites et de farine de manioc mélangée avec des bananes… Un must ! Le tout au restaurant Brasero de Gavéa, pour ceux qui passent dans le coin ! De plus, leurs desserts aussi sont excellents !

Nous avons aussi testé les avocats, qui, comme vous pouvez le voir, sont un peu… surdimensionnés ! Mais en tout cas, excellents !

Puis la Feijoada : qui est un mélange de haricot noir et de viandes de porc (saucisses et morceaux divers), accompagnés de chou, de riz, de farine de manioc et d’orange.

Notre repas de Pâques au restaurant ‘sushi Leblon‘ : vous vous doutez bien que si ça n’était pas bon, je n’en ferais pas une tartine. Mais bon, nous on adore les Japonais ! Et, en plus, ce japonais là, rajoute du foie gras pôélé sur ses sushis !!!! Mais ça va pas non ? On a tous les quatre fondus pour les différents sushis que nous avons partagés !!! Au Top !

Nous mangeons évidemment très souvent au restaurant, mais, le soir, les filles aiment bien cuisiner un peu de temps en temps. Ci-dessous, la dernière trouvaille de Manon, à base de courgettes, de saumon et de fromage aux fines herbes. Excellent ! À refaire !

Sans oublier le café dulce de leche de chez Havanna, où on ne peut même plus prendre la tasse, tellement il y en a !!! ( il y a quand même du café dans la tasse ?).

Rio de Janeiro !

Nous débarquons à Rio en début d’après-midi. Finalement, nous avons décidés de louer une voiture pour aller voir la famille Joly, qui se trouve à Búzios, petit village balnéaire, non loin de nous (170 km), où nous allons passer 2 jours. L’aventure commence par la prise de notre appartement, qui se passe sans encombres, en suivant les recommandations d’Amelia (la propriétaire de l’appart), qui nous a indiqué les rues à ne pas emprunter pour le rejoindre ?.

Une heure plus tard, nous voilà en route pour Búzios. On pensait mettre 2h00 pour y aller… C’était sans compter la circulation dans Rio, et les routes avec des dos d’âne tous les 30 mètres ! Il nous a fallu 3H30 !! Heureusement, le lieu en valait la peine ! En sortant de Rio, nous étions derrière une bagnole de flics, avec les mitraillettes qui dépassaient de chaque côté par les fenêtres. On se serait cru dans un film ! Côté sécurité, Amelia nous a bien recommandé de ne pas sortir la nuit (jusqu’à 20H00 ça va, faut pas exagérer quand même ?). Ici, les feux rouges ne sont (à priori) pas obligatoires ? ! Si il n’y a personne, les gens passent, même en présence des flics !!! Nous, on l’a fait uniquement le jour de notre départ, à 5H00 du matin, on a trouvé ça plus prudent… contradictoire, non ?

Ici, les motards ont des files rien que pour eux aux péages

Buzios

Nous avons passé 2 belles journées à Buzios, puis nous sommes repartis à Rio. Notre appartement est situé sur les hauteurs de « Santa Térésa ». On a une superbe vue sur Rio et le pain de sucre, avec des grandes fenêtres de partout, c’est génial !

La vue depuis notre appart…

Le soir, une fois que tout le monde est couché et que tout est noir, j’aime rester à la fenêtre un petit moment et écouter Rio s’endormir doucement. Tout est calme et j’entends au loin le murmure des musiques endiablées qui s’éteignent… Bon, parfois j’entends aussi quelques pétards ou coups de feux, je ne sais pas trop, nous avons une favela sur la colline en face de nous et quand on sait qu’il y a plusieurs morts par jour dans les favelas… En arrivant, j’avais très envie d’en visiter une. Il y en a qui sont plus « calmes » que d’autres parait-il. Mais on a décidé de ne pas prendre de risques inutiles et je pense que l’on a bien fait ?.

Nous avons donc opté pour des visites plus sûres, comme le Christ Rédempteur (c’est une évidence ?), l’escalier Selarón, le quartier Santa Teresa, les plages de Copacabana et Ipanema, le centre, avec sa fresque ethnique, le pain de sucre, quelques points de vue dans le parc national Tijuca,la « pierre de sel », et la bibliothèque Real Gabinete Portugues, qui est impressionnante (comme dans Harry Potter, pour les fans ?).

Le Christ Rédempteur

La vue sur la baie depuis le Christ

L’escalier Selarón

Nous y sommes allés deux fois. Une fois en pleine journée, où nous avons eu beaucoup de monde et une autre fois le matin vers 8h00, où il n’y avait personne !

Notre quartier : Santa Térésa

Notre quartier est vraiment très sympa, avec ses rues pavées, ses restaurants et ses petits commerces. Il y a aussi un ancien tram jaune, qui circule encore sur une partie du réseau. Par contre, heureusement qu’on a eu la bonne idée de louer une voiture… je ne vous dis pas les côtes !!!

Copacabana et Ipanema

Le dimanche de Pâques, on a passé une super journée. Je ne sais pas si c’est tout les dimanches ou uniquement celui-ci, mais ils avaient fermé 3 voies de circulation pour que les gens soient tranquilles. Au top ! On en a profité pour se faire le meilleur sushi de la ville, avec du foie gras pôélé ! Miam….

A priori, l’insécurité ici n’est pas un mythe, même si nous ne la ressentons pas vraiment ! Ci-dessus, sur la page de Copacabana, un hélicoptère, avec, des policiers armés qui scrutent la plage.

Le centre de Rio

Le pain de sucre

Dans le parc Tijuca ( fôret tropicale au cœur de Rio )

La bibliothèque Real Gabinete Portugues

La « pierre de sel »

Le Sambadrome

Dernière vue de l’avion d’où l’on voit bien le parc Tijuca.

Et voilà pour Rio et toutes ses merveilles qui me faisaient tant rêver ! ?

Les chutes : Iguazu ou Iguaçu ?

Ça dépend de quel côté on se trouve… Iguaçu pour le Brésil et Iguazu pour l’Argentine ! Nous avons commencé par le côté Brésilien, tout simplement car notre appartement se trouve de se côté là, à Foz do Iguaçu. Le jour de notre arrivée, nous avons eu la chance de pouvoir rencontrer Christian et Gisou, nos amis de Pusignan, qui se trouvaient ici en même temps que nous. Ça fait du bien de revoir les gens qui nous sont chers après tout ce temps ! Bon, évidemment, on ne les a pas vu très longtemps, mais ça fait plaisir quand même ! Ils n’étaient qu’à 1,3 km de nous et nous sommes partis tranquille, à pied. C’est a  la moitié du chemin qu’il s’est mis à tomber des trombes d’eau. On a pu se mettre à l’abri dans une entrée d’immeuble en attendant que ça se calme, mais ça ne s’est jamais calmé !  Heureusement, Pauline, notre hackeuse de wifi a trouvé un accès qui nous a permis de demander à Gisou de nous envoyer un taxi. Ouf, sauvés ! Je nous voyais bien passer la nuit là ! Un bon apéro pour nous remettre de notre mésaventure et c’est oublié ! Dans l’euphorie, on a même pas pensé à faire une photo !

Le lendemain, on est partis pour les chutes, car sur la semaine, ça devait être le seul jour de beau temps ! Que nenni ! Nous avons eu un seul jour de mauvais temps… le dernier !

Bon, nous sommes donc partis en taxi, aux chutes d’Iguaçu (qui sont du côté…??? je vérifie si vous suivez !) Puis nous avons pris un bus panoramique qui nous a posé au cœur du parc. Nous avons passé une superbe journée, sous le soleil, avec des décors exceptionnels, des coatis (sorte de ratons laveurs) et des milliers de papillons. Je vous laisse découvrir cette journée en photos…

Le parc fait partie des 7 merveilles du monde

Je vous présente les fameux coatis, très nombreux dans le parc. Il faut se méfier d’eux car ils n’hésitent pas à vous piquer vos chips ou votre sandwich !

Plutôt mignon, non ?

Nous nous sommes régalés avec les papillons. Ils se posent de partout, y compris sur nous ! Il n’est pas rare de se promener avec un papillon sur l’épaule ou sur la main.Une belle occasion de s’approcher au maximum de ces petites merveilles…

De ce côté, tout le parcours se fait à pied, et on se promène tranquillement, je dis bien tranquillement car les filles et moi, on s’arrête toutes les deux secondes pour faire une photo ? ! Et voilà donc les fameuses chutes où plutôt une partie…

La couleur de l’eau est changeante suivant le temps. Pour nous, il avait plu la veille, ce qui a entraîné de la terre et coloré l’eau en marron. Par temps sec, elle redevient blanche. La végétation qui nous entoure est dense, plutôt tropicale et l’air est très humide.

Ci-dessous, la « gorge du diable », que l’on peut voir aussi bien du Brésil que de l’Argentine. On ne voit pas très bien sur la photo, mais ça représente une cuvette, c’est vraiment très beau.

La gorge du diable

C’est sur cette passerelle que nous nous sommes fait tremper, du moins le short et les tongs, pour le haut, on avait prévu, évidemment !Le bruit aussi est impressionnant ! C’est un grondement assourdissant, surtout à cet endroit, où nous pourrions presque toucher l’eau ! On aperçoit un petit arc en ciel à certains endroits…

Comme dirait JP : Grandiose et Extraordinaire !!!!

Et voilà pour le côté Brésilien. Demain, nous passons du côté Argentin, qui est la plus grande partie des chutes…

Claudia, notre taxi vient nous chercher à 8h30. Nous devons passer la frontière pour retourner en Argentine, ce qui est très rapide. Il nous a fallu environ une heure pour arriver en comptant les 2 frontières et le trajet.Ici aussi, les papillons sont de partout.

Nous croisons aussi le chemin de plusieurs tortues d’eau, d’un crocodile ou peut être un alligator (j’avais la flemme d’aller vérifier…). Bon, à priori, Christian et Gisou en on vu un au même endroit. Du coup, on se demande si il n’était pas attaché à une patte, exprès pour le touriste…? Des oiseaux, des singes, des iguanes et bien sûr des coatis !

On commence par prendre le petit train « écologique de la Jungle » qui nous emmène aux Gorges du Diable, vues d’en haut, c’est très impressionnant aussi !

On le reprend dans l’autre sens et on descend à la station des chutes pour faire les deux circuits : supérieur et inférieur.

Conclusion : Grandiose et Impressionnant ! Ce n’est pas une merveille de la nature pour rien. Les circuits sont super bien faits et les points de vues au Top.

Et voilà, après cette superbe journée, Claudia nous récupère, et nous allons manger au restaurant de sushis qui se trouve au bout de notre rue : le sushis Hokkaï. J’en parle, parce que nous avons vraiment adoré, et pas qu’une fois ! ?

Nous avons aussi été voir le parc aux oiseaux, qui recueille des oiseaux blessés. Une très belle journée aussi, pendant laquelle nous avons pu voir des Toucans (un oiseau que Pauline voulait absolument voir !), des grues, des flamants roses, des perroquets (pas bourrés ? Victor – Marine – Manon) et bien d’autres…

Vous avez vu la taille du papillon ?!?

Celui-ci est plutôt « pas aidé physiquement » ?. Il a les boules non ?

Et voilà , le magnifique, le majestueux, l’impressionnant : TOUCAN !

Ah oui ! Il y avait aussi d’énormes papillons bleus, dont celui-ci, accroché à Pauline ? !  Ah l’amour !

Une jolie petite libellule rose

La végétation du parc est aussi magnifique… regardez moi ça !

Nous avons découvert ces glaces, maracuya (style fruit de la passion) avec un cœur au lait concentré ! Pourquoi on a pas ça en France ? C’est tellement bon ! Le mélange acidulé avec le lait pour adoucir… un régal !

Il n’y a pas grand chose à voir dans la ville en elle-même, mais j’ai quand même halluciné sur les magasins de chaussures, qui sont carrément gigantesques et très nombreux.

Notre cantine !

Je ne pouvais pas finir cet article sans vous dire que… ? ? ?

JP à fait la vaisselle pendant une semaine avec ce produit, qui est en fait …(roulements de tambour) : du sucre liquide ??? Et oui ! Mais lui au moins, il fait la vaisselle !!!!

Et voilà pour les chutes, je vous retrouve bientôt pour Rio de Janeiro ?

Buenos aires

Un petit tour et puis s’en vont…

Notre visite express de Buenos Aires est due à une erreur d’aéroport ! Nous devions juste faire une escale avant de repartir pour Rio, mais on s’est trompés d’aéroport pour repartir, ce qui nous a donné l’occasion d’avoir un aperçu de la capitale Argentine ! En quelques heures, nous avons pu voir le quartier de « la Boca », très coloré, ainsi que celui de « San Telmo », en passant par la plus large avenue du monde, l’Avenida 9 de Julio, avec ses terres pleins et ses 14 voies. Sa largeur correspond à 24 rangées de voitures. Puis, la Plaza de Mayo, qui est le site central de Buenos Aires (dommage elle est en travaux). Au bout de la place, la Casa Rosada qui est le siège du Président de la Nation. Pour cet après-midi improvisé, nous avons fait appel à Patrick, un français installé ici depuis 10 ans. Il est venu nous chercher à l’aéroport, on a fait le tour de la ville puis il nous a déposé à notre hôtel. Une affaire rondement menée… Bon, il est évident qu’il n’est pas possible de visiter Buenos Aires en 4H00, mais au lieu de rester à l’hôtel sans rien faire ?… L’avantage avec Patrick, c’est qu’il parle français et qu’il vit sur place. Du coup on en profite pour poser pleins de questions !!! Surtout sur l’insécurité et les précautions à prendre, car sur internet, on voit tout et n’importe quoi ?. C’est l’occasion aussi d’en apprendre un peu plus sur les conditions de vie sur place, sur le gouvernement, etc… Bref, une visite rapide mais néanmoins très intéressante !

La Boca

San Telmo

La Casa Rosada

Voilà pour notre passage express à Buenos Aires, rendez-vous au Brésil dans mon prochain article !

La Patagonie côté Argentin

Nous traversons pour la première fois une frontière terrestre.

Le passage Chili – Argentine se déroule sans encombres, un petit coup d’œil dans la voiture par les douanes et nous repartons pour la ville de Perito Moreno, où nous nous arrêtons pour la nuit. A ne pas confondre avec le glacier Perito Moreno qui se trouve beaucoup plus au sud ! Le soir on se fait une spécialité d’ici, la « parillada » (petite spécifité de l’Argentin par rapport au Chilien, les 2 « ll »se disent « ch », donc « parichada« ), qui se résume à un assortiment de viandes, cuites au BBQ ou à la plancha.

Ça, c’est pour 2 !

Le lendemain matin, petit déjeuner au top à l’hôtel, avec leur fameux « submarino« , qui est une barre de chocolat, fondue dans le lait ! hummmm ! Sans oublier le « Dulce de Leche » sur les tartines ! Bref, de quoi se mettre en forme pour reprendre la route. La première « grosse » différence avec le Chili, c’est la fin de la piste ! Et ce n’est pas rien, car on peut dire qu’on en a bouffé de la poussière, des nids de poules et des travaux !

Elle est belle hein ?

Et, la deuxième, c’est le retour du fromage dans nos vies ?. C’est trop bien, on se fait direct une sauce au bleu ! Par contre, nous sommes un peu déçus par le bœuf Argentin, qui est pourtant plutôt bien renommé chez nous. Nous empruntons la ruta 40, en direction de El Calafate, notre but ultime. En chemin, nous faisons plusieurs arrêts, la route est longue et nous devons faire très attention à ne pas manquer d’essence car les stations ne sont pas nombreuses, elles sont plutôt espacées et en plus, elles peuvent être vides ou en panne d’électricité ! Tout le long du trajet les paysages sont arides, avec des montagnes, de la roche colorée et un vent de folie ! Mais, c’est tellement beau ! On n’arrête pas de se dire qu’on a bien fait de prendre une voiture !

Oui, c’est bien rose…

On ne se lasse pas de croiser les fameux guanacos, lamas du sud de l’Argentine, ainsi que des nandous d’Amérique, et des petits renards gris, tout mignons !


Nous arrivons finalement à notre chalet, qui, oh joie, a la vue sur le Lago Argentino. C’est superbe ! Nous allons pouvoir nous poser tranquillement ici pendant 5 jours !

Le lendemain, nous partons à la découverte du glacier Perito Moreno. Ça y est, nous y sommes…

Notre première rencontre fut celle-ci …

C’est très excitant, car nous n’avons jamais vu de glacier ! Dommage, le temps n’est pas avec nous. Le parc est plutôt bien aménagé, avec des passerelles en bois, sur plusieurs niveaux, qui longent le glacier. Les vues sont magnifiques et nous sommes hypnotisés par ce géant de glace. On l’entend craquer. Aurons nous la chance de voir un petit morceau se détacher ?

Ils ont mis quelques glaçons dans l’eau… A quand le sirop ?

Aujourd’hui, nous allons faire un tour au Glaciarium, qui est un musée et un centre dédié à l’observation et l’évolution des glaciers en Patagonie. Les films en 3D sont très intéressants, comme le reste du musée d’ailleurs. Bon, on finira cette journée par quelques gourmandises !!! Il faut bien se réchauffer non ? Un chocolat chaud et une bonne crêpe, que demander de plus ? A droite, c’est une de leurs spécialités, 2 biscuits, avec au milieu du dulce de leche, le tout, enrobé de chocolat : l’alfajores.

Le lendemain, nous embarquons pour une croisière de toute une journée sur le lac Argentino. Nous partons du port de Punta Bandera. Sur notre chemin, nous avons la chance de voir un condor, posé le long d’une falaise. On ne se rend pas bien compte sur la photo, mais il doit bien faire 2,00 m.Notre but du jour, est de voir les glaciers Upsala, Spegazzini et, à nouveau, le Perito Moreno. Juste avant de manger, on débarque à Puesto de Las Vacas, où était installée une famille (au milieu de nulle part), dont le but était de tuer les vaches sauvages, qui détruisent le site, en mangeant les pousses des arbres. Aujourd’hui, il y a toujours quelqu’un, mais pour les attraper, plus pour les tuer (à priori, c’est très difficile vue la superficie du parc) ! C’est ici que nous avons vu un énorme pivert !

Le glacier Upsala

Le glacier Seco

Du côté des iceberg

Le glacier Spegazzini

Le glacier Perito Moreno (avec un peu de soleil ?)

Et un peu de glace qui se détache…

Et voilà une magnifique journée qui s’achèvera par un petit resto bien sympa, La Zaina, où nous avons pu goûter un carpaccio de Lama et leur fameuse spécialité « l’agneau braisé au Malbec » (vin rouge). Excellents !
Comme toute les bonnes choses ont une fin, il est l’heure de reprendre le chemin de Santiago au Chili, et nous allons remonter lentement, mais sûrement, vers le nord, en passant par Perito Moreno, Gobernador Costa et San Carlos de Bariloche où nous ferons une halte. Sur la route, nous croisons des tatous trop mignons (en plus on en avait jamais vu avant !) et des guanacos.

Le tatou sous toutes ses coutures…

Oh que je l’aime celui-là !

La végétation change au fur et à mesure que nous avançons, les paysages deviennent plus verts et nous retrouvons un peu plus de civilisation, avec un petit pincement au cœur… ( finalement on l’aimait bien notre piste avec ses petits animaux et ses montagnes colorées ?). Nous arrivons à San Carlos de Bariloche et nous avons du mal à repérer le tout petit panneau au bord de la route qui indique notre logement. C’est une très jolie maison en bois, entourée d’arbres et de pelouse. Super, on est là pour 3 jours alors autant que ce soit bien ! Bon, enfin, moyen car le wifi est quasi inexistant ? !

La ville est très grande et notre première impression n’est pas très bonne, en plus, le temps est un peu gris et on s’est rendu compte que ça jouait pas mal sur notre jugement !

Bon, le gros avantage, c’est que nous sommes dans la capitale du chocolat de l’Argentine et ça… c’est TOP ! Des chocolateries à tous les coins de rues ! Le paradis sur terre ?. Nous avons passé un certain temps dans « Rapanui ». Pourquoi ??? Parce que en plus d’y avoir de très bons chocolats, il y a aussi une patinoire !!! Après un peu de patins, un bon « submarino » et de quoi reprendre des forces… Miam ? !!!!

San Carlos de Bariloche, c’est aussi un nombre incroyable de vieilles voitures. Des Renault surtout !

Sinon, j’aime bien l’humour Argentin !
En reprenant la route pour le Chili, on s’est fait arrêter par la police Argentine (un partout, Chili-Argentine égalité). On repasse la frontière dans l’autre sens, là, plus de contrôles, ils nous font vider le coffre et ouvrir les sacs. Malgré cela, ça aura été très rapide et sans aucuns problèmes. Nous revoilà au Chili ! Et nous continuons notre route en passant par Osorno, Villarica, Concepcion et Santiago !

Villarica Concepcion

Nous sommes allés faire un tour dans El Parque Pedro del Rio Zañartu, découvrir une plage de sable noir (Aurélie, en attendant ! ?) et de très beaux paysages… ou pas !

Voici la plage de Ramuncho. Jp avait vu sur internet qu’elle valait le détour ! La bonne blague ! On a fait 13 km de piste et (heureusement) 10 mn seuleument à pied pour découvrir… une poubelle avec la vue sur une centrale électrique ! Grosse déception !

Le Chili nous aura coûté très cher, en place… Deux bonnes idées de souvenirs : un hamac (énorme et lourd) et une pelote de laine (oui oui, une pelote de laine. Bravo Manon ? )!

Manon, c’est un hamac, pas un poncho !                                                             photo@paulineandrivet

Il faut quand même que je vous parle des emballages de lait, yaourts, confitures et autres produits « mous » qui sont vendus en sacs ! C’est trop bizarre, mais on s’y fait !

Et nous n’avons pas pris 1 kg, bien sûr ! ???

 

La Patagonie Chilienne

Chaitén

Chaitén est une toute petite ville, et nous avons eu du mal à trouver un endroit pour déjeuner. En arrivant à 8H00, tout était fermé. Nous avons fini par trouver un petit bar tout mignon après avoir tourné un peu (ouverture 9H15) ! Au Chili, les commerces ouvrent assez tard…le matin, mais le soir aussi. On peut trouver un magasin, une pâtisserie ou autre, ouverts jusqu’à 21H00 facilement !

De ferry en ferry …

Les paysages sont plutôt sympa le long du trajet. On débarque les premiers en arrivant à Raùl Marin Balmaceda. C’est top, car on arrivera donc les premiers à la barge, qui se trouve à 9 km, et qui est censée s’arrêter à 21H00, pour traverser une rivière et rejoindre la seule et unique route qui descend dans le sud, la ruta 7 (qui est aussi appelée la Carretera Austral). Et là, surprise, ce n’est pas une route, c’est une piste. Heureusement que nous sommes en 4X4 !  C’est une « déviation », du coup, on dirait qu’ils ont créés cette portion de piste très récemment. C’est bizarre comme sensation, on a l’impression d’avoir débarqué en pleine « pampa« , il n’y a rien ! Juste quelques cabañas un peu pus loin. Deux minutes de traversée avec la barge (seulement 5 voitures dessus, c’est pour ça que c’était mieux d’être les premiers). Puis, c’est parti pour 73 km, dont 60 km de piste et 13 km sur la ruta 7. On arrive à 22h15 au camping, il nous aura fallu 2H00 pour faire les 73 km. On s’installe dans un petit chalet chauffé par un poêle, très sympa. Après une petite nuit dans le ferry un bon lit ça va faire du bien ?. JP a dû apprendre à faire du feu…? un peu laborieux au début, mais on s’en est sortis ? et on a passé un bon moment !

De partout, il y a beaucoup de chiens errants dans les rues, ils font un petit bout de chemin avec les gens qu’ils croisent, puis rentrent chez eux le soir venu, pour la plupart…
Nous partons de bonne heure le lendemain matin, pour monter au glacier suspendu du parc Queulat. Encore de la piste et un passage incertain avec des travaux (certains sont restés bloqués 2H00 avant de pouvoir passer !) On s’en sort bien car on est arrivés de bonne heure, et nous voilà partis pour le point de vue du « Ventisquero Colgante » 3300 m de montée. Le départ se fait en traversant un pont suspendu. Le premier km est un peu compliqué. Il a plu la veille et le chemin est boueux (profond a certains endroits) et vraiment très escarpé. Il nous aura fallu 1h35 pour arriver en haut et on peut dire qu’on est assez fiers de nous car ça montait pas mal en plus ! La vue est magnifique et nous se sommes qu’une dizaine à admirer le glacier.

Les paysages sur la route jusqu’à Coyhaique sont magnifiques et les couleurs justes magiques…
Nous arrivons à Bahia Murta, 200 km : 100 de route et 100 de piste (un cauchemar pour la poussière et les bosses). C’est un tout petit village, avec 3 supérettes et 586 habitants, dont 1 qui vend du pain. On a l’impression que tout est fermé, mais il faut essayer de pousser la porte et on vient vous ouvrir.

Notre cabaña. Ici, quand on tire la chasse d’eau, l’eau du robinet de la cuisine se met en route jusqu’à ce qu’on ferme. On cherche encore comment c’est possible !

Le lendemain, nous rejoignons Puerto Rio Tranquillo, encore de la piste, c’est fatiguant et bruyant. Heureusement, les paysages sont magnifiques et nous longeons le lac General Carrera, le plus grand du Chili et d’une couleur incroyable.

C’est d’ici que nous partons en bateau pour les Marbles Caves. Un moment inoubliable, avec des couleurs magnifiques…

Voilà pour le côté Chilien ! Demain nous passons en Argentine…